Mieux comprendre et démystifier la réalité entourant le suicide.

2021-09-10

lespsytrucs

Image

Votre contenu, boss.

Mieux comprendre et démystifier la réalité entourant le suicide.

Avant de débuter la lecture, nous vous suggérons de réfléchir à votre définition du suicide, à ce que vous croyez, aux idées préconçues que vous avez envers cette réalité, sans censure, sans gêne. Nous espérons que vous aurez la possibilité de valider ou rectifier vos réponses avec les informations ci-dessous. Bonne lecture !

Le 10 septembre 2021 a lieu la 19eme Journée mondiale de la prévention du suicide. Cette année, la thématique sélectionnée est ‘’Créer l’espoir par l’action’’ qui vise à ce que chacun.e développe la confiance nécessaire afin de s’impliquer activement dans la prévention du suicide.  Et, jouer ce rôle actif dans la prévention de cette problématique sociale passe, évidemment, par une bonne compréhension de cette réalité. Notre article a comme objectif d’améliorer notre compréhension afin d’être de meilleur.es allié.es pour la cause. 

<<Les données de surveillance de l’état de santé de la population québécoise montrent que le taux de suicide au Québec est en diminution ces dernières années. […] Ces résultats encourageants ne doivent pas masquer le fait que […] Le Québec détient un taux de suicide parmi les plus élevés au Canada et dans les pays industrialisés. >>[1]

Par ailleurs, la pandémie est les mesures sanitaires associées, les répercussions sur les taux de chômage et la situation de l’emploi au Canada laissent entendre une hausse considérable des passages à l’acte suicidaire. L’isolement social, la précarité financière et l’incertitude concernant le futur sont des facteurs importants et significatifs dans les considérants sociaux modulant le suicide.

Les différents mythes concernant le suicide

Encore aujourd’hui et malgré toutes les campagnes de prévention et d’informations faites à travers les années, le suicide est, malheureusement, encore un sujet considéré comme tabou et teinté de préjugés.

Les fausses croyances qui y sont associées influencent nos façons de percevoir la souffrance chez soi et chez les autres, notre vision du suicide, nos interventions et le discours que nous prônons socialement. Le suicide n’est pas un geste impulsif. L’impulsivité peut augmenter les risques d’un passage à l’acte chez une personne en détresse, mais certains signaux d’alertes peuvent être identifiés.

Ce qui mène une personne à considérer le suicide : un contexte et plusieurs facteurs

Tout individu est confronté, à un moment ou à un autre, à une souffrance et celle-ci fait partie de la vie. Certaines périodes sont plus critiques, ou l’on risque de se sentir plus déstabilisé, voir même, en déséquilibre. Notre histoire de vie fait en sorte que l’on possède certains outils pour faire face à ces difficultés. Lorsqu’on est face à des difficultés, nous tentons de trouver des moyens pour gérer cette souffrance et retrouver notre équilibre. Par contre, il peut arriver que les outils appris et appliqués ne soient pas suffisants ou adaptés pour faire face à la souffrance et s’en sortir. À ce moment, la souffrance peut nous envahie au point d’en arriver aux idées suicidaires.

Le suicide est complexe. Il n’est ni un acte de courage, ni un acte de lâcheté, il ne démontre pas non plus que la personne désire mourir ou qu’elle tente d’attirer l’attention. Elle désire cesser de souffrir. La détresse, ressentie à ce stade est tellement lourde à porter et tellement étouffante, que cette personne en vient à un sentiment de ‘’non-choix’’. Pour cesser de souffrir, le suicide apparait comme sa seule issue possible. Il n’existe donc pas une cause précise au suicide, mais bien plusieurs éléments cumulés et les idées suicidaires, peu importe leur durée ou leur intensité démontrent la détresse psychologique et émotive grandissante d’une personne. Il est donc important de prendre cela au sérieux.

Les signaux de détresse (verbaux-émotifs, comportementaux)

Certains facteurs prédisposants peuvent augmenter le risque d’idées ou de gestes suicidaires :

  • Problématique de santé mentale et psychologique et/ou physique,
  • Problématique de dépendances (drogues, alcool, jeux d’hasard et d’argent),
  • Problématiques familiales et /ou sociales, conflits avec des proches, monoparentalité, isolement, etc.,
  • Problématiques financières (sans revenu, faible revenu, dettes, etc.),
  • Certaines expériences difficiles vécues,
  • Le suicide d’un membre de la famille,
  • Etc.

Puis, plusieurs indices contextuels, verbaux, comportementaux, émotifs et psychologiques peuvent indiquer la présence d’une crise suicidaire. Une personne peut vivre ou ressentir plusieurs de ces éléments, sans présenter une crise suicidaire, mais ce sont des signaux d’alarme à considérer.

  • Un ou de éléments difficiles récents ayant amené un déséquilibre (rupture, deuil, problèmes financiers, familiaux, etc.),
  • Changement d’attitude chez la personne (isolement, replis sur soi, diminution de la motivation, dévalorisation de soi, etc.),
  • Changement de comportement, parfois socialement valorisé (perte d’intérêt ou sur investissement dans le travail, un sport ou un loisir, fuite, comportements destructeurs à risque, distraction excessive dans la sexualité ou compulsions, etc.),
  • Changement d’humeur qui ne sera pas forcément exprimé (difficultés de concentration, air maussade, émotivité accrue, impatience, irritabilité, anxiété, fatigue, sentiment de vide, etc.),
  • Changement dans les habitudes de vie (nouvelle consommation ou augmentation de la consommation d’alcool ou de drogue, perturbation du sommeil, modification de l’appétit, etc.),
  • Présence d’idées suicidaires, planification ou tentative de suicide,
  • Discours dévalorisants et négatifs (vous seriez mieux sans moi, je suis inutile, j’ai raté ma vie, etc.).

Alors, en toute humilité, avez-vous ciblé certains préjugés que vous pouviez avoir ? Comprenez-vous plus désormais ce qu’est réellement la réalité entourant le suicide ? Maintenant, selon vous, comment peut-on bien réagir face à quelqu’un qui présente des idées suicidaires ? Quelles sont les bonnes attitudes à avoir ou celle à éviter ? Qu’est-ce qui est le plus important pour être de bons allié.es ? C’est ce que nous présenterons dans notre prochain article qui sortira d’ici quelques jours, restez à l’affût. D’ici là, bonne réflexion !

Ressources disponibles (à mettre dans la description de l’article)

  • En cas d’urgence, n’hésitez pas à contacter les services d’urgence au 9-1-1.
  • 1 866 APPELLE (277-3553) – Ligne d’écoute du Centre de prévention suicide, 24h/24h.
  • 811-option 1 (Info-Santé) ou l’option 2 (Info-Social) pour discuter avec des intervenants ou pour avoir une présence d’intervenants lors de situation de crise, 24h/24h.
  • 1 855 242-3310 – Ligne d’écoute et d’espoir pour les gens des Premières Nations, 24h/24h, ou par clavardage en ligne au espoirpourlemieuxetre.ca.
  • Clavardage en ligne au : Aider, informer et prévenir le suicide au Québec | Suicide.ca
  • 1-800-263-2266- Ligne d’écoute Tel-Jeunes, 24h/24h.
  • 1-800-361-5085 – Ligne téléphonique et d’écoute pour les parents, 24h/24h.
  • 1-800-268-7708 – Ligne d’écoute pour les Anciens Combattants Canada et leur famille immédiate.

Bibliographie

Saviez-vous que ? – Centre de prévention du suicide de Québec (cpsquebec.ca)

Suicide – CIUSSS MCQ

Détresse et idées suicidaires – Et moi, comment ça va? – Allume.org

https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-mentale/prevenir-le-suicide/

Santé mentale et prévention du suicide: CISSS des Laurentides (gouv.qc.ca)

Prévention du suicide-Guide de bonnes pratiques à l’intention des intervenants des centres de santé et de services sociaux (gouv.qc.ca)

Journée mondiale de la prévention du suicide | Association québécoise de prévention du suicide (aqps.info)


[1] Tiré du document Prévention du suicide ; Guide de bonnes pratiques à l’intention des intervenants des centres de santé et de services sociaux, consulté sur le site internet: https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2010/10-247-02.pdf

Vous voulez en apprendre plus? Soutenez le projet de psychologie sociale!

Le 10 septembre 2021 a lieu la 19eme Journée mondiale de la prévention du suicide. Cette année, la thématique sélectionnée est ‘’Créer l’espoir par l’action’’ qui vise à ce que chacun.e développe la confiance nécessaire afin de s’impliquer activement dans la prévention du suicide.  Et, jouer ce rôle actif dans la prévention de cette problématique sociale passe, évidemment, par une bonne compréhension de cette réalité. Notre article a comme objectif d’améliorer notre compréhension afin d’être de meilleur.es allié.es pour la cause. 

Retour aux articles